L’enseignant a quitté son emploi pour un nouveau travail. Il fait des costumes mais personne ne les porterait

Un habitant d’Indonésie a quitté son emploi d’enseignant et s’est retrouvé dans une nouvelle entreprise – maintenant il est tailleur, mais pas tout à fait ordinaire.

Après tout, ses clients ne sont pas du tout des personnes, mais des chats, pour lesquels il coud des costumes élégants.

Et les propriétaires des animaux de compagnie aiment tellement le travail du créateur de mode qu’il a maintenant plus qu’assez de clients.

L’homme, dont le nom est Fredi Priadi, a longtemps travaillé comme instituteur, mais a démissionné et a décidé de se retrouver dans un nouveau métier, écrit Indian Express.

L’ancien enseignant a toujours été attiré par la mode, en particulier par la conception et la couture de vêtements élégants, et il s’est essayé à ce domaine. Cependant, les clients du tailleur ne sont pas des personnes, mais des chats, car l’Indonésien confectionne des tenues rien que pour eux.

Dans ses œuvres, Fredy, 39 ans, essaie de mettre l’accent sur la modernité, mais n’oublie pas les classiques.

Sa collection comprend un costume de chat Superman, la tenue de Thor, dont le régime a surpris la fille, et d’autres personnages reconnaissables.

De plus, Priadi a même fabriqué des uniformes médicaux et des vêtements islamiques traditionnels pour les phoques.

L’homme a avoué qu’au départ l’idée de confectionner des costumes pour chats lui avait été lancée par ses cousins.

Fredy se méfiait de cette startup, mais il s’est ensuite rendu compte que cela avait son propre truc. Les premiers clients de Priadi étaient les animaux de compagnie de ses proches.

Mes cousins ​​qui aiment les chats m’ont donné l’idée de faire ces costumes et j’ai trouvé ça bizarre. Mais c’était amusant de les voir [les chats] en costume.

Fredi a démarré son entreprise en 2017. Maintenant, son revenu mensuel est de trois millions de roupies indonésiennes. Pour un homme, il s’agit d’un montant décent qui lui permet de mener une vie confortable.

Mais Priadi a admis que ce n’est pas une question d’argent, il aime juste les animaux et veut qu’ils aient l’air élégant, comme le fait le grand-père japonais de 84 ans.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *